De l’esprit absorbant inconscient…à l’esprit absorbant conscient…


L’enfant n’est pas un petit adulte…Son psychisme est totalement différent de celui de l’adulte. En voulant voir  dans l’enfant un adulte miniature on a simplement ignoré sa singularité psychique. Trop longtemps ignoré et méconnu, sa spécificité est restée dans l’ombre de l’histoire… Maria Montessori  l’a finalement mis en lumière par ses observations renouvelées au fil de sa très riche expérience. L’enfant se trouve dans un état de croissance et de métamorphose tandis que l’adulte a atteint la norme de notre espèce.
La métamorphose
Prenons donc l’exemple de la métamorphose d’un papillon. Au sortir de son œuf, une petite chenille se développe puis grandit rapidement tout en gardant sa forme. Un jour, la chenille « adulte » vit un changement profond: elle s’arrête de manger avec convoitise et elle se met à tisser un cocon dans lequel elle va tomber dans un sommeil profond, digne de celui d’Adam, pendant lequel elle vit un long enchainement de transformations… La croissance continue mais elle prend une nouvelle direction… jusqu’au jour où la chenille devenue papillon va sortir de son cocon. Ce papillon a alors atteint la norme de son espèce, il est désormais adulte!…

Les stades de développement de l’enfant entre 0 et 6 ans
Tout le monde connait les différentes étapes  du développement physique d’un bébé. Mais, le plan de développement psychique de l’enfant reste encore mal connu. Il y a un siècle par Maria Montessori  en a découvert les grandes lois. Pour souligner ce qui les caractérise, elle parle d’une croissance métamorphosique du petit enfant. L’enfant ne grandit pas simplement comme un arbre qui gagne des centimètres, année après année, mais plutôt comme un papillon qui passe d’une forme psychique à une autre.
Les différents stades se différencient de telle façon que Maria Montessori partage avec d’autres psychologues l’opinion que le développement humain ressemble à un enchainement de « nouvelles naissances ». Bien-sûr ce n’est qu’une image, mais il est clair, que l’être humain franchit étape après étape des seuils de conscience. L’homme est en genèse permanente jusqu’à atteindre sa ressemblance avec son créateur. C’est là tout le message du premier livre de la Bible dans lequel s’inscrit le secret du développement humain appelé à passer de l’image à la ressemblance de Dieu. Le « Tohu_Bohu » (chaos) initial contient tous les germes de la création en devenir…
Ces changements sont particulièrement présents pendant la première période de l’enfant qui va de 0 à 6 ans. Maria Montessori divise cette période encore en deux sous-périodes qui sont toutes les deux marquées du signe de « l’esprit absorbant », chacune d’une façon particulière. L’esprit absorbant est cet esprit qui se différencie de celui de l’adulte! La nature et la façon de travailler de cet esprit sont les fenêtres qui nous ouvrent sur le Royaume de l’enfance…
L’esprit absorbant inconscient
De la naissance de l’enfant jusqu’à ses trois ans, l’esprit de l’enfant absorbe sans cesse des impressions captées de son environnement. Il absorbe sans volonté, inconsciemment parce qu’il n’a pas encore développé une conscience de lui-même.
C’est « parce qu’il n’y avait rien avant » que cette période est une période de création, car l’individualité commence avec ce « rien » riche pourtant d’une énergie potentielle extraordinaire. Pour accomplir ce miracle créateur qu’il le fera devenir un jour homme, l’enfant nouveau-né a besoin d’une autre forme psychique que celle des adultes.
Le bébé absorbe en lui tout son environnement, avant même de pouvoir bouger… et tout cela uniquement par cette forme psychique singulière qu’on appelle l’esprit absorbant inconscient. On peut se faire une idée de ce que cela veut dire en observant l’apprentissage du langage maternel  qui se développe simplement  et sans effort. L’enfant entend et absorbe…
Maria Montessori nous donne la comparaison suivante pour nous faire sentir toute la différence entre les modalités psychiques de l’enfant et celles de l’adulte: prendre une photo et créer un dessin. Si on voulait dessiner dix hommes, cela prendrait dix fois plus de temps, mais l’appareil photo, lui, prend la photo en un « clic » qu »il y ait une personne ou cent personnes. « L‘esprit absorbant travaille de cette même manière rapide: il absorbe tout et sans difficulté« . Maria Montessori poursuit en disant qu’il faut reposer le film dans le noir avant de le développer et fixer les images et après tout ce processus, on peut mettre la photo finalisée dans la lumière. Dans les profondeurs de l’inconscient, l’esprit absorbant prend toutes les impressions, il les développe et les fixe et ensuite il les relâche dans le conscient où elles résideront pour toujours (cf une formation donnée par M. Montessori à Ahmedabad en Inde en 1947).
De l’inconscient au conscient
Le passage de l’esprit absorbant inconscient à l’esprit absorbant conscient se fait « par le mouvement qui suit le chemin du plaisir et de l’amour. Quand l’enfant commence à bouger, son esprit réceptif et conceptuel a déjà depuis longtemps absorbé tout son environnement. Par le mouvement, l’enfant arrive à la conscience. L’enfant de deux ans, oui, même celui d’un ans a toujours quelque chose dans sa main: pendant qu’il s’exerce avec sa main, il contrôle en jouant, en essayant et en mettant à l’épreuve l’impression absorbée plus tôt. Ainsi l’enfant acquiert  clarté et conscience et se construit lui-même de cette façon. La main est l’outil de l’intelligence. »

Quand nous comprenons ce que veut dire l’esprit absorbant inconscient et les forces qui en découlent, nous arrivons au constat suivant: nous ne pouvons pas atteindre cet esprit, nous ne pouvons pas l’influencer directement… Nous ne pouvons pas intervenir volontairement dans le cheminement de l’esprit inconscient vers l’esprit conscient. C’est un processus qui avance sans notre intervention… Mais nous pouvons l’accompagner en lui offrant les meilleurs conditions de développement.

Dans les trois premières années (0-3ans), l’enfant crée diverses facultés  et pendant les trois années suivantes (3-6ans), l’enfant développe ces facultés crées précédemment. La période de 3-6ans est également une période de création, mais elle est se fait de manière « consciente » pour l’enfant qui désormais absorbe consciemment son environnement.
L’enfant a oublié les évènements et les expériences de ses trois premières années, mais parce qu’il utilise ses capacités développées pendant cette première période, il peut aujourd’hui VOULOIR, PENSER et SE SOUVENIR. Le souvenir est une aptitude toute nouvelle, ainsi que la volonté. L’enfant continue le processus de devenir et de création du « soi-même », mais il s’appuie désormais sur une volonté consciente pour agir. Si on avait l’impression qu’auparavant une force invisible animait l’enfant, c’est désormais son « EGO », son propre « JE », sa propre volonté qui le guide et qui commande. Maintenant l’enfant fait des expériences conscientes par l’action de ses mains. La main est devenue l’outil de l’intelligence. C’est en travaillant avec ses mains que l’enfant enrichit ses expériences et se construit lui-même.

La construction de l’individualité: l’esprit absorbant conscient

Les premières six années de l’enfant sont primordiales pour la construction de sa personnalité. L’enfant n’est pas encore un être sociable dans tous le sens du terme, parce que pour l’instant ses énergies sont portées sur l’acquisition et au perfectionnement des nouvelles fonctionnalités.
Dans ce processus mystérieux qu’est le passage de l’inconscient vers le conscient, nous ne pouvons intervenir. L’enfant n’a pas besoin d’une aide extérieure à ce stade. Cette aide le générait d’ailleurs dans sa croissance. L’enfant a surtout besoin de se mouvoir librement et de pouvoir agir sans l’intervention d’un adulte incompréhensif. C’est pourquoi Maria Montessori conseille de mettre en place un environnement adapté, soigné et préparé dans lequel l’enfant puisse choisir ses activités librement et tout en nouant des contacts sociaux (il est question des enfants à partir de 3ans qui sont dans une Ecole Montessori »).
Si l’enfant a l’occasion de pouvoir « mener sa vie » dans un tel cadre, il apprend à agir par lui-même,  il développe des capacités nouvelles (morales et sociales) et fait des progrès impressionnants dans l’apprentissage des éléments culturels. Comme l’enfant aigt toujours sous l’inspiration de l’esprit absorbant, il apprend spontanément et sans fatigue à écrire et à lire, il appréhende les nombre et les chiffres  avec enthousiasme, et s’intéresse à toute la culture qui lui est proposée. Si l’enfant a l’occasion par un travail indépendant de construire son individualité, il atteindra alors cette normalité élevée que beaucoup d’observateurs ont appelés « la révélation du nouvel enfant ».

Après mes lectures, dont notamment « Montessori, sa vie et son oeuvre » de E.M. Standing (dont je me suis beaucoup inspiré pour cet article et dont j’ai traduit certains passages), je me suis rendue compte que ce qu’on appelle « la période de l’opposition » ou « la terrible two » ou encore « la crise de deux ans et demi »… est tout simplement due au développement de l’enfant et notamment à cette transition des deux périodes: de l’esprit absorbant inconscient vers l’esprit absorbant conscient.
Quand on y pense, cela parait  évident! Dans la période de l’esprit inconscient, l’enfant sent encore plus ou moins le monde comme dans une « prolongation » de la maman, il n’est pas conscient qu’il a son corps à lui, qu’il est un être séparé de son environnement. Forcément, quand la conscience apparait entre 2 et 3ans, cela doit être terriblement éprouvant pour l’enfant! Imaginez, jusqu’à présent il n’a pas eu conscience de son existence séparée de tout autre personne! Imaginez alors que cet enfant découvre qu’il peut avoir une volonté, qu’il peut choisir, qu’il découvre sa force physique! Cela doit en même temps le motiver, l’enthousiasmer mais aussi parfois le terroriser… Si un enfant n’a pas eu peur des animaux peut tout à coup avoir peur à la vue d’un chien,.. si un enfant a dormi toute la nuit, peut soudainement se mettre à faire des cauchemars… si un enfant était gentil avec les autres, peut commencer à se battre… des exemples il y en a pleins et je crois que tout le monde peut faire de telles observations chez ses enfants.

Mais quand on pense que l’enfant traverse une « métamorphose spirituelle », on devrait être plus à l’écoute de ce petit être bouleversé par ses propres forces, sa volonté, ses réflexions, sa mémoire etc… En fait cette période de transition n’est pas du tout une période « contre les parents » mais une période de construction de soi-même! C’est inévitable et important. Bien-sûr, cela peut se passer plus ou moins bien, selon les enfants, l’environnement etc…

Le fait d’avoir trouvé cette clé à de nombreuses questions du moment (et oui, on peut dire que Grégoire est depuis quelques mois dans une période de transition… qui parfois est difficile à vivre…) m’a permis de voir plus clair et de relativiser plein de choses.
J’essaie donc de lâcher prise encore d’avantage, d’être plus sereine, plus compréhensive… (même si parfois ce n’est pas toujours évident…).
A part quelques moments difficiles de temps à autre (particulièrement quand la Maman est fatiguée…) je m’émerveille de cet esprit qui est en pleine transformation, en pleine construction du « soi-même »… Qu’il est fascinant de voir la mémoire apparaître, d’entendre les premières réflexions logiques, de voir des changements qui parfois nous paraissent régressifs, mais qui au final aident l’enfant à se construire, à se développer. Une fois passé ce stade de transition « entre deux esprits », l’esprit absorbant conscient est une réelle merveille pour toute personne sachant observer…

Encore en écrivant cet article, la passion que j’ai pour cette femme italienne totalement hors normes et ses découvertes révolutionnaires ne peut que s’approfondir plus encore… Une passion qui m’a gagné toute entière, qui a changé ma vie et celle de ma famille… une passion qui ne cesse de grandir et qui j’espère sera fertile non seulement pour nos enfants, mais également pour les autres… Merci encore une fois, chère dotoressa!!

PARTAGER :

7 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Natym

    Merci Marie pour ce billet fort intéressant…tu m'as éclairée sur certains points du passage de l'inconscient vers le conscient!

    Et un grand "bravo" au passage pour tous tes billets de réflexion sur l'enfant et son développement…ils sont toujours clairs et riches en citations. Je les apprécie beaucoup!

  2. 2
    Mamancouleur

    Moi aussi ça me parle beaucoup et m'éclaire pour mes ateliers, merci:)
    J'accueille les deux enfants d'une amie, donc j'ai dans ma classe, 4 enfants: 4 et demi, 3 ans et demi, 2 ans et 11 mois, 2 ans et 10 mois.
    Je ressens vraiment cette différence: les grands qui travaillent seuls et qu'on guide, et les petits à qui la présentation est allégée, adaptée, et qu'on aide à accomplir leur travail.
    Avec la difficulté de faire respecter les mêmes règles, de trouver un rituel ou activité commune ou chacun puisse participer sans que ce soit trop facile pour les plus grands…faire une présentation dans le silence sans être dérangé, est impossible.
    Malgré cela, mon élève de 3 ans et demi progresse bien 🙂
    Je pensais faire deux ambiances, qu'en penses-tu?

  3. 3
    En Terre dEnfance

    Natym: merci!! Ca fait toujours plaisir d'entendre que mon blog est lu et apprécié!

    Mamancouleur: Je n'ai pas encore une très grande expérience, je n'ai que mes deux enfants jeunes… mais je veux bien te donner mon avis. Que veux-tu dire par deux ambiances exactement?

  4. 4
    Mamancouleur

    Je parle de l'ambiance au sens montessorien: un environnement préparé, adapté à la tranche d'âge.
    J'ai une classe avec du matériel jusqu'à l'écriture, la lecture, début des mathématiques…pour l'avancement de ma fille. C'est là que j'accueille les 4 enfants.
    Je voulais te demander, serait- plus profitable aux enfants, de les accueillir en deux fois, un moment pour les moins de 3 ans, un autre pour les plus de trois ans, vu que l'accompagnement est vraiment différent.

  5. 5
    En Terre dEnfance

    D'accord, donc, c'est ce que j'avais compris.
    Mais si l'accueil des enfants se fait dans la même pièce, la différence ne réside que dans le fait de la présentation et de l'accompagnement.
    Éventuellement, on peut aussi mettre en place des plateaux de vie pratique plus adaptés aux plus jeunes (la vie pratique "classique" est souvent pour les enfants à partir de 3 ans).
    Ensuite, il est de l'esprit Montessori, d'avoir les âges mélangés, mais c'est vrai que cela demande beaucoup de la personne qui accompagne… je pense que c'est à toi de voir si tu peux gérer et si les enfants trouvent tous leur place et leur satisfaction.

    Mais je suis loin d'être une spécialiste… Pour l'instant je n'ai que expérimenté l'ambiance des jeunes enfants…

  6. 7
    laetitia

    Merci pour ce billet, je suis en pleine lecture de L'esprit Absorbant et donc en plein dans l'esprit conscient et inconscient. Et surtout, un fils de 2ans et demi qui est aussi dans la "crise des 2ans" si je peux dire "crise" car pour pouvoir gérer je garde en esprit qu'il grandit, qu'il passe dans une phase importe pour lui, celui de se singulariser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *