Le photographe et le peintre

Maria Montessori s’est beaucoup intéressée à la formation du langage. C’est probablement en considérant son prodigieux développement chez l’enfant qu’elle est parvenue à isoler les caractéristiques de son psychisme: l’esprit absorbant. En regardant un enfant apprendre sa langue maternelle, Maria Montessori a pu s’apercevoir combien cette période pendant laquelle l’enfant se développe en mode « inconscient » est d’une fertilité qui n’existe plus pour ainsi dire chez l’adulte. Cette période est celle de la création de l’homme.
ÉCOUTE SUBTILE
 » Afin de développer le langage, ils doivent posséder une écoute très fine et la capacité d’identifier chaque petit détail entendu dans son environnement.(…) déjà à l’âge de trois mois l’enfant regarde avec une grande attention la bouche de ceux qui lui adressent la parole.(…) Il est très important que vous voyez cela et que vous remarquiez ces faits qui sont généralement mis de côté. (…) Les petits enfants sont captivés de voir comment la bouche d’un adulte bouge, car ils ont entendus cette musique étrange qu’est la voix humaine; parce que lorsque nous parlons aux tout petits nos voix sont particulièrement sonnantes ».
CE GÉNIE QU’EST L’ENFANT
« L’enfant est comme un génie qui se sent poussé à réaliser un travail gigantesque. C’est une grande chose ce qu’il est en train de construire. Le langage est quelques chose d’artistique qui n’existe pas dans la nature. C’est une création de l’homme. C’est une acquisition de l’intelligence. Elle ne se trouve pas inscrite dans la nature humaine. Chaque culture a sa langue particulière. Le langage humain est très ancien. Il fut créé il y a plusieurs milliers d’années à travers les culture. Elle existe dans l’environnement, mais elle n’est pas un simple phénomène naturel. Elle est l’avènement de l’intelligence humaine. Comment cette langue peut-elle intéresser le bébé?
La langue n’existe pas dans le petit enfant, mais la sensibilité est là pour lui permettre de l’acquérir. Nous nous trouvons sur un niveau psychique. Si nous voulons interpréter correctement ce phénomène nous devons comprendre que nous étudions un phénomène inconscient. Avant que la conscience ne survienne, il y a une grande activité de l’inconscient. L’enfant est inconscient mais il possède une grande faculté et une grande force. C’est un miracle de la nature humaine. Le psychisme de la nature de l’homme est ce qu’il y a de plus admirable au monde ».
CE MAÎTRE DU LANGAGE
Nous savons tous à quel point l’apprentissage d’une langue étrangère est difficile. Nous passons souvent des jours et des années à apprendre la grammaire, le vocabulaire, la syntaxe…Pourtant, malgré le temps passé rares seront ceux qui parviendront à maîtriser une langue étrangère aussi parfaitement que l’enfant possède sa langue maternelle.
Il est très intéressant de noter qu »un enfant vivant dans un environnement bilingue n’aura aucune difficulté à apprendre chacune des langues et qu’en fonction de ses interlocuteurs il saura s’adapter spontanément.
Quelle que soit d’ailleurs la difficulté supposée de la langue maternelle, pour l’enfant cela ne représentera aucun obstacle particulier. Au même âge, tous les enfants du monde deviennent les maîtres du langage. Nous sommes certainement accoutumé à vivre ces « explosions » du langage. Elles manifestent cependant la surprenante activité psychique de l’enfant et la singularité de son fonctionnement. « C’est une preuve supplémentaire qui montre que le psychisme de l’enfant est différent de celui de l’adulte. Pour nous ce n’est pas la même chose d’apprendre une langue compliquée ou non quand nous désirons l’apprendre. (…) Quand nous avons appris une langue comme enfant, nous l’avons apprise avec exactitude et facilité. Seulement la langue que nous appelons maternelle sera celle que nous maîtriserons parfaitement. Mais bien que nous l’appelions langue maternelle, ce n’est pas la mère qui apprend cette langue à l’enfant. (…) Quand nous disons cela, nous ne voulons absolument pas diminuer le rôle de la mère, mais nous voulons reconnaître à l’enfant ce qui lui appartient ».
UN ESPRIT PHOTOGRAPHIQUE
Pour faire comprendre la différence entre l’esprit de l’enfant et celui de l’adulte, Maria Montessori utilise une image qui peut nous aider à comprendre ses observations. « Nous pouvons comparer l’obscurité de la chambre noire à l’inconscient. Les objets qui y passent sont « fixés » et y restent pour toujours. Telle est la différence entre l’esprit d’un enfant et celui d’un adulte: l’enfant a un psychisme « photographique » tandis que celui de l’adulte ressemble à celui du peintre. Chez l’adulte de nombreux efforts son nécessaires pour attendre la perfection et il est possible de suivre très clairement toutes les étapes du progrès accompli ».
Cette image nous permet de mieux situer la différence. Mettez un un photographe et un peintre devant un paysage complexe. En un « clic » le photographe aura « absorbé » l’image parfaite de ce qu’il observe. Le peintre, de son côté, devra travailler plusieurs jours avant d’arriver à une « reproduction » acceptable.
LA PAROLE EST AUX FEMMES
Maria Montessori termine sa conférence en faisant un « clin d’oeil anthropologique » aux femmes. « On reproche souvent aux femmes de beaucoup parler. Et pourtant, c’est peut-être l’un des dons les plus singuliers que la Nature ait donné aux femmes pour le bien être des enfants. Il est évident que le petit enfant pour développer le langage doit être en compagnie d’adultes qui parlent avec lui. Rien n’est plus logique, car le langage ne se développe pas comme une fleur ou un arbre;c’est une aptitude des plus complexes qu’il est impossible à l’enfant d’acquérir sans le contact intense avec les gens qui l’utilisent ».
Justice est faite…Ou plutôt, une fois encore, la doctoresse nous montre à quelle point la Nature est intelligible…Alors, causons, causons, causons, lentement et clairement…pour le plus grand bien des enfants qui nous entourent…
PARTAGER :

2 Commentaires

Ajoutez les vôtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *