Montessori pour les moins de 3 ans

M. Montessori a principalement observé les enfants à partir de trois ans. Elle a constaté les bienfaits de la vie pratique pour la normalisation de l’enfant comme pour le développement de sa concentration.
Mais elle n’a pas trop eu l’occasion (ou le temps?) d’observer aussi les enfants plus petits. En général elle disait que les petits enfants progressent en imitant leurs parents et en pouvant exercer des activités de la maison. Cela est bien juste et toujours applicable pour les enfants de tous âges!
Notre petit garçon de bientôt un an et demi  imite non seulement ses parents, mais surtout et principalement son grand frère. Avoir un grand frère ou une grande soeur est d’une extrême richesse pour un enfant! Si je devais comparer les deux au même âge, cela ne serait strictement pas possible! Le petit est beaucoup plus avancé sur certains terrains que ne l’était le grand au même âge… C’est vraiment stupéfiant de voir cette différence, de voir comment ce grand frère peut aider et stimuler ce petit bonhomme!
Avec Grégoire, nous essayons de travailler tous les jours un petit peu, mais j’ai senti dernièrement sa lassitude. Quand il détournait un matériel ou le maltraitait, je lui ai dit que c’est dommage, que Théophile ne pourra plus l’utiliser. Et cela lui parlait. Et il me réclamait la présence de Théophile, en disant lui-même d’abord que « Théophile doit encore un peu grandir avant de pouvoir travailler ». Et puis, petit à petit, Théophile a décalé sa sieste du matin pour un peu plus tard. Il est donc de plus en plus présent quand nous travaillons avec Grégoire. Et cela a l’air de stimuler les deux. Grégoire se met au travail tout seul quand Théophile travaille aussi, il se cherche ses plateaux, les range, en ressort un autre…
Et pour Théophile, c’est l’explosion! Il a tout à découvrir, tout un monde qui lui était inconnu et inaccessible jusque là! Comme il est heureux de pouvoir travailler aussi! Un vrai bonheur à voir et la concentration qu’il met est surprenante!
Jusque-là, Théophile avait sa corbeille de balles et de gobelets, des matériels Montessori premier âge de chez Absorband Minds ce qui ne lui suffisait plus depuis un moment. Même s’il aime encore bien mettre des balles dans  un trou (on change parfois avec des noix, des petites billes etc),  des grands bouchons dans des tirelires, il aspirait à autre chose.
On a alors commencé un bloc de cylindres. Il en sortait deux ou trois puis les remettait… Je lui ai aussi proposé des versées simples avec la cuillère. Comme il commence à manger seul, la cuillère est très importante pour lui et il a été attiré de façon irrésistible par ce plateau.
Sans lui faire des présentation Montessori au sens strict du terme, il touche de temps en temps à des plateaux, il peut les manipuler, il redemande souvent qu’on les lui sorte (il appelle « Maman », il plie les sourcils et il répète « Maman »… traduction: Maman vient, sors-moi ce plateau!)
Il est fascinant de voir ça, de voir ce petit bout, qui marche depuis quelques mois, choisir son plateau et vouloir s’asseoir sur une chaise. Il se moque bien du tapis, lui il veut une chaise. Il grimpe dessus et il s’assoie. Content. Et puis il commence. Il y a des jours (comme en ce moment…) où il est dans la « boulimie ». On sort un plateau, il s’assoie, il fait l’activité pendant quelques secondes et il repart chercher autre chose… En l’espace de cinq minutes, on se retrouve avec plusieurs activités sorties… Enfin, ce n’est pas bien grave, il fait son chemin, doucement, mais sûrement dans l’ombre de son grand frère.
Mais quand je vois l’envie insatiable, ce désir de travailler « sérieusement », et la concentration qui va avec, je me dis que l’initiation à la vie pratique doit être présente dès le plus jeune âge (entre 1 an et 1 an et demi). Quand je pense que pour l’ainé j’avais commencé les premières activités un peu avant ses deux ans, je pense que j’aurais pu faire bien des choses avant… Il ne s’agit pas de rendre l’enfant plus intelligent ou plus avancé. Non. C’est pour répondre à ce besoin qui est en lui. Et ce besoin d’activité manuelle est vraiment présent très tôt. La vie pratique répond profondément à ce besoin qu’à l’enfant de pouvoir évoluer de lui-même dans l’environnement qui est le sien. Cette détermination qu’on peut lui reconnaître est la marque de son esprit. Pour bien vivre, il veut se développer. L’autonomie est le moteur puissant de son agir encore maladroit mais d’une énergie irrésistible.
Voici en photos les premières activités dans le monde Montessori de Théophile
Les blocs de cylindre

Ouvrir et fermer les boîtes

 

 Théophile a deux « amours » dans le matériel sensoriel: le cube du binôme et la sphère des volumes bleus… Il le sort au moins une fois par jour, il s’installe sérieusement à sa table et il défait le cube… pour le remonter en tour…. oui, ça se fait… pas en Montessori, mais ma foi…

Et le grand qui sort du coup le trinôme… il se débrouille très bien déjà, il faut juste que je lui montre comment bien positionner les cubes … le reste roule…

 Travail du soir… quand il faut aller se coucher, les esprits se réveillent…

Expérimentation main droite, main gauche… pour l’instant il est plus ambidextre que son frère, pour le moment aucune « préférence » ne se manifeste

 

PARTAGER :

3 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Almée

    Certes, ce n'est pas Montessorien au sens strict, mais il est tout à fait possible de proposer des activités très tôt à un enfant.
    Adrien, 13 mois et demi, a pour jeux préférés d'ouvrir et fermer des boîtes en plastique (cela peut le tenir jusqu'à 15 min. !) et mettre et sortir des jouets, des pinces à linge… dans divers contenants. Nous ne l'y avons pas absolument pas poussé ou encouragé, seulement constaté ses activités.

  2. 2
    Marie-Hélène

    Mais si, c'est très Montessorien, au contraire, de proposer la vie pratique dès que l'enfant marche. Maria Montessori avait commencé à le mettre en place, aidée par plusieurs de ses disciples. C'est le Nido. La période 0-3 ans a été le centre d'intérêt prioritaire de Maria Montessori sur la fin de sa vie, quand elle était en Inde.
    Par contre, pour moi, laisser un enfant de 18 mois faire ce qu'il veut avec le matériel sensoriel et notamment le binôme, c'est vraiment très dommage. Lorsque le moment sera venu de travailler le binôme, l'intérêt risque d'avoir été complètement tué par la manipulation précoce hors de toute consigne. De plus, il sera d'autant plus difficile à l'enfant d'admettre qu'il doit attendre pour avoir la présentation s'il peut prendre n'importe quel matériel et le toucher à sa guise à cet âge.
    Donne lui des cubes traditionnels, car c'est de cela qu'il a besoin et c'est cela qu'il te montre. Et préserve intacte la magie du binôme 😉

  3. 3
    En Terre dEnfance

    Bonjour Marie-Hélène,

    ce qui n'est pas "Montessorien" dans mon article c'est justement que Théophile préfère les "cubes" de Grégoire (Bînome)…que les siens…
    Notre espace familial n'est pas suffisamment grand pour que le matériel soit accessible au plus grand sans l'être au plus petit…Sur le principe je suis d'accord avec toi.

    Pour les moins de 3 ans les écrits de Maria Montessori sont peu nombreux par rapport au reste de son oeuvre. Mais ses recherches et observations ont effectivement bien eu lieu sur 2 thématiques principales: le continuum humain (cf http://enterredenfance.blogspot.com/2011/01/maria-montessori-une-pionniere-du.html)et le nido.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *