Porter un bébé… dans les bras!

Il est naturel de porter son bébé dans les bras, de le bercer ou  de le tenir, de le lever de son berceau ou de l’y reposer… Tout cela, tout le monde le fait, toutes les mamans du monde et  même tous les papas du monde…
Cela peut paraître peut-être un peu absurde d’aborder ce sujet…Mais il me semble que finalement porter un bébé est tout un art…
J’ai constaté avec Théophile, et aussi avec Grégoire à l’époque,  que prendre un bébé dans les bras est délicat.
Délicat, parce que le bébé est une personne et que souvent on le considère « que » comme  un bébé et non comme une personne. 
J’ai dû constater que lorsque je prenais « mon » bébé dans les bras, il se mettait souvent à pleurer… Et oui, cela peut arriver que le bébé pleure lorsque vous le prenez dans les bras. Mais cela ne veut en aucun cas dire qu’il ne veut pas être dans vos bras… C’est juste parce qu’on a traité le bébé, cette petite personne, plus comme un « objet » mobile que comme un être humain.
Imaginez-vous qu’on vous déplace sans arrêt d’un endroit à l’autre…Vous étiez  par exemple en train de contempler un tableau et soudainement quelqu’un vous amène devant un autre tableau ou vous sort de la salle, ou vous emmène faire autre chose, sans vous prévenir, sans vous préparer.
Et bien, pour un bébé, c’est la même chose. Il m’est arrivé parfois de prendre le bébé de son berceau pour le changer ou le mettre dans son siège voiture ou faire toute autre chose sans avoir pris le temps de parler avec lui, de lui dire ce que nous allions faire. Le bébé s’est mis à pleurer et parfois il a même bien hurlé…
J’ai alors essayé, chaque fois que je veux le faire changer de position, de m’approcher de lui et de  lui parler quelques secondes pour qu’il prenne conscience que je suis là près de lui,et que je communique avec lui…
C’est alors que je lui dit ce qui va arriver…Je tends mes bras vers lui pour le prendre. Fait ainsi, mes enfants ne pleurent pas lors du changement de position puisqu’ils ont été préparés.
Même lorsqu’un bébé pleure et que j’accours pour le prendre, j’essaye de m’approcher de lui en lui parlant avant de le prendre. Déjà à l’écoute de ma voix, le bébé souvent cesse de pleurer…

Chaque personne est différente. Nous ne pouvons savoir ce qu’une autre personne pense et ressent… Pour le bébé c’est pareil. Il convient alors de le traiter le bébé comme l’un de nous, comme une personne qui sent, qui pense et qui vit… Mettons-nous un peu à la place d’un bébé… et parfois nous serions surpris de voir, à travers ses petits yeux, nos comportements brusques et maladroits…

Porter un bébé de façon haptonomique

Ceux qui ont pratiqué l’haptonomie pendant la grossesse, peuvent continuer à le faire une fois le bébé né. Mais tout le monde, même n’ayant pas pratiqué l’haptonomique prénatale, peut porter son bébé ou son enfant de façon respectueuse.

A la naissance, les muscles du bébé ne sont pas encore développés. Le bébé se met naturellement dans une position enroulée, comme dans sa vie intra uterine. Cette position donne un repère au bébé et le rassure. C’est important de lui permettre de se mettre cambré les premiers mois.
L’haptonomie nous enseigne que le fait de tenir un bébé à se « base » (c’est à dire sous les fesses), favorise cet enroulement. Cette sécurité qu’il a dans cette position lui permet de découvrir le monde sereinement et de découvrir ses sensations.
Au fur et à mesure que le bébé grandit, il pourra utiliser ses muscles pour tenir la tête, qui au début de sa vie est bien trop lourde pour lui… c’est à nous de l’aider à garder sa tête dans l’axe de son corps. C’est justement en le soutenant à la base et dans le dos que le bébé peut garder l’axe et s’appuyer dessus. Le bassin stable permet à l’enfant de tourner sa tête.

Les quelques gestes à maîtriser sont aussi simples que précis.

Pour prendre un bébé dans vos bras, il vous suffit de placer une de vos mains sous les fesses de votre bébé, (le pouce vers l’avant, le reste de la main sous les fesses), sous la « base », dirait-on en haptonomie, et une main sous les omoplates du bébé avec quelques doigts qui soutiennent la tête s’il le faut.

Une fois que vous avez placé vos mains sous le bébé, vous le montez un peu, vous le tenez quelques instants dans cette position afin qu’il puisse lui-même activer ses muscles (on sent que le bébé se dresse un peu) pour tenir cette position et donc être « acteur » et non « spectateur »…
Ensuite vous le prenez contre vous, toujours une main sous ses fesses, l’autre sur ses omoplates.

Pour porter l’enfant dans vos bras, il y a plusieurs manières:

  • le portage 100% haptonomique qui prévoit que le bébé soit orienté vers l’avant, son dos contre le ventre (ou hanche) du porteur avec une main sous sa base
  • le portage plus ou moins haptonomique: on porte le bébé sur notre hanche en plaçant toujours une mains sous sa base
  • le portage un peu moins haptonomique: on prend le bébé contre soi (ventre contre ventre) en le tenant toujours avec une main sous la base et une autre main entre les omoplates s’il le faut, en veillant à ce que le dos du bébé puisse s’arrondir

    Personnellement, je trouve que la façon de porter un bébé vers l’avant, comme le conseille les « puristes » de l’haptonomie est parfois délicate avec un nouveau né et, plus tard, quand le bébé devient lourd, cette position n’est pas possible sur une longue durée.
    Le portage sur la hanche est souvent très pratique et notre hanche nous décharge un peu du poids du bébé.
    La position ventre contre ventre reste cependant la position la plus intime, celle où le bébé peut s’endormir, pleurer, être consolé… Avec des bébés plus grands, on pose souvent naturellement une main sous les fesses pour le tenir pendant qu’il appuie sa tête sur nos épaules. Avec de plus jeunes bébés et des nouveaux-nés, cette position est très confortable et appréciée par le parent et le bébé.

    Il est tellement bon de sentir un enfant blotti contre soi et rempli de confiance…La considération que nous lui portons lorsque nous le tenons contre nous valorise sa personnalité naissante, le rend actif, et lui donne toute la sécurité qui favorisera son développement autonome…

    PARTAGER :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *