Qu’est ce que l’esprit absorbant?…

Concept fondamental de la pédagogie de Maria Montessori, l’esprit absorbant est la propriété psychique essentielle qui distingue l’intelligence de l’enfant au regard de celle de l’adulte.
L’exemple certainement le plus frappant pour illustrer cela est tout simplement l’apprentissage des langues qui requiert pour nous adultes un effort et une méthode qui ne semblent pas nécessaires à l’enfant. Nous savons en effet à quel point l’apprentissage d’une langue étrangère nous demande un travail considérable alliant la mémorisation, la concentration intense et la rigueur logique. L’enfant, lui, parvient a apprendre sa langue maternelle sans montrer un véritable sens logique, sans devoir rester concentré de longues heures et sans que sa mémoire ne paraisse avoir besoin de nombreuses répétitions. Malgré tout ses efforts, l’adulte atteindra rarement la maîtrise d’un « native speaker »…L’enfant, lui, saura rapidement positionner à la perfection sa bouche, sa langue et sa gorge, et, sans aucun exercice particulier, il reproduira exactement la langue du milieu culturel dans lequel il évolue.
 
Cet exemple est si commun qu’il peut nous faire passer à côté de cette caractéristique propre au psychisme du petit enfant. A la différence de l’adulte, l’enfant semble mystérieusement capable d’absorber, à travers des activités, des aptitudes variées avec une précision que nous avons du mal à imaginer. C’est cette faculté toute particulière d’apprentissage que Maria Montessori appelle justement l’esprit absorbant.
L’esprit absorbant de l’enfant ne se limite pas à l’apprentissage du langage. Il l’oriente vers l’assimilation destoutes les aptitudes nécessaires à ses besoins quotidiens: se nourrir, nettoyer, s’habiller, s’asseoir, grimper, attraper, reconnaître, mémoriser, assimiler les usages culturels, la courtoisie, etc. Les fondements de la personnalité de l’enfant vont se constituer à partir d’une « simple » absorption de sa culture environnante.
L’esprit absorbant ne fait pas qu’absorber comme une éponge….Car, de l’eau absorbée il ne reste pas grand chose après quelques heures. L’activité de l’esprit absorbant peut être plus justement comparée au processus de germination et de croissance des cristaux. En effet, le psychisme de l’enfant, comme un cristal en phase de croissance, puise dans son environnement des informations et, les nouveaux comportements ainsi que les nouvelles pensées qui en sont issues viennent s’incorporer en augmentant sa « surface psychique ». L’esprit absorbant connaît donc des changements permanents puisque les nouvelles impressions viennent modifier ses perceptions psychiques. C’est la raison pour laquelle l’enfant aime répéter plusieurs fois la même activité. Les stimulus reçus par l’enfant lui apparaissent toujours sous un jour nouveau. C’est ce qui fait sans aucun doute la joie de l’enfance. Une simple activité réalisée à des intervalles différents procurera toujours un enthousiasme renouvelé. Car, les impressions viennent chaque fois modifier son psychisme pour le faire croître et affiner la conscience qu’il a de son environnement. Imaginons quelle joie nous pourrions avoir au quotidien, si nous avions encore cette faculté…Nos collègues, nos parents, notre travail, nos activités culturelles,…., nous apparaîtraient chaque jour d’une façon nouvelle car notre psychisme serait capable d’être profondément « modifier » par une caractéristique laissée jusqu’alors en dehors de notre champs d’assimilation…
D’après M. Montessori, cette forme particulière du psychisme de l’enfant dure jusqu’à l’âge de six ans. La première période active de l’esprit absorbant va de la naissance à trois ans. C’est la période la plus « informative » pour l’enfant, celle qui donne la forme la plus profonde à son esprit. L’enfant capte alors sans discrimination tout ce qui l’environne. Ainsi, un bébé absorbera non seulement les stimuli vocaux de son environnement,  mais aussi toutes les attitudes de sa mère, les jeux de ses frères et sœurs, et toutes les activités qui se déploient là où il se trouve. A cette époque de sa vie, l‘absorption se fait de façon inconsciente. Pour autant, cette opération est loin d’être passive. Pour donner vie progressivement à tous les phénomènes absorbées, le tout petit enfant devra s’impliquer fortement pour imiter, reproduire et mettre en mouvement les « captures » de son observation. En l’espace de trois ans, l’enfant aura synthétiser les aptitudes fondamentales qui lui permettront d’évoluer au sein de l’espace humain. Ce développement ne semble pas réponde à un déploiement gradué et homogène. L’expérience montre que l’absorption se fait très profondément et qu’elle se manifeste soudainement au grand jour.
La deuxième période de l’esprit absorbant va de trois à six ans. Son activité mystérieuse se poursuit mais elle se focalise d’avantage sur certaines impressions (périodes sensibles) comme sur l’environnement et les relations interpersonnelles. Les nouvelles expériences viennent actualiser les impressions reçues pendant la période précédente. L’enfant met en musique les nombreuses impressions reçues auparavant. Pendant cette phase l’activité « extérieure » de l’enfant est beaucoup plus importante. Ses aptitudes se développent de façon continue. Et, cette fois, l’activité de l’enfant est beaucoup plus intentionnelle et consciente. Il commence à choisir les activités dont il a besoin pour assurer sa croissance et sa maturité. Du « chaos » initial émerge petit à petit sa personnalité….

A lire sur des thèmes connexes:
PARTAGER :

2 Commentaires

Ajoutez les vôtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *