L’éducation cosmique de Maria Montessori

Définition d’un concept pédagogique: « Education cosmique »

Maria Montessori a donné naissance au concept d’ « éducation cosmique » pour favoriser le continuum de développement de l’enfant depuis la naissance jusqu’à l’aube de l’âge adulte dans son interaction avec le monde. Ainsi, l’enfant peut se percevoir comme appartenant au monde et appréhender la continuité entre son existence et celle de ce dernier. De là pourra s’amorcer, jour après jour, sa participation à l’évolution positive d’un environnement durable.

Dans un cadre plus restreint, Maria Montessori utilise ce terme pour désigner la dynamique d’apprentissage des enfants de 6 à 12 ans. Le principe fonctionnel de cette éducation cosmique réside dans le fait de relier les différents apprentissages pour en manifester la cohérence globale.

IMGP7609
La chaîne de la préhistoire

Avec le terme « cosmique », Maria Montessori entendait ainsi faire le lien avec l’antique tradition grecque pour laquelle le mot « cosmos » prenait la signification d’un monde ordonné et consistant. Cette cohérence nous pouvons l’admirer entre autre en observant le cycle des saisons qui se déploie à la fois par continuation (du froid vers le plus froid comme le passage de l’automne à l’hiver) et modification (du plus froid au chaud comme le passage de l’hiver au printemps). Ce qui fait qu’un apprentissage est « cosmique » c’est qu’il s’oublie comme « partie » et se dispose au regard de l’ensemble et qu’il ouvre au « Tout ».

IMGP7795
Les phases de la lune ou chaîne du mois

L’éducation cosmique: un concept éducatif transculturel

Sur un terrain pratique, l’éducation cosmique est un concept pédagogique à vocation transculturelle et transdisciplinaire pour les enfants de 6 à 12 ans. C’est aux enfants de 6 à 12 ans qu’il faut donner la « graine des sciences ». Maria Montessori considère que pour donner le Tout à l’enfant, il faut lui rendre accessible très tôt les bases de toutes les grandes expériences et découvertes humaines, sans rentrer dans les détails, mais par accumulation progressive de petites touches suggestives comme le font par exemple les « Grands Récits ».  Lorsqu’on a donné la vision globale, le Tout à l’enfant, on lui montre qu’il y a différentes matières  qui en constituent la cohérence globale (biologie, géographie, chimie, minéralogie, histoire, arts…) Un apprentissage ne va pas sans un autre si l’on veut percevoir la consistance du monde et des interactions qui le tissent. Ainsi l’éducation cosmique permet aux enfants de découvrir les cohérences qui relient les activités les unes aux autres sans les isoler les unes des autres.

kXpA5nxtWSpA1Ey_yF4Eh-vUjEc
Education cosmique, Grazzini et Miller

Tout est lié

Il faut viser les liens, les interactions entre les différentes disciplines et préparer l’environnement des enfants de 6 à 12 ans dans ce sens. En créant les liens, on permet à l’enfant de réfléchir et de développer une philosophie pratique de la vie.

En observant les liens qui existent entre toutes choses, les interdépendances du vivant et du non vivant dans ce monde complexe, les enfants se rendent comptent qu’ils font partie du Tout. Cette connaissance expérimentale et l’attitude respectueuse qui en découle permet au futur adulte de développer des responsabilités pour lui, les autres et le monde.

 

Pour aller plus loin dans la découverte de l’Education Cosmique:
Vous trouverez dans un précédent article les points forts de l’Education cosmique.
J’ai également écrit sur les besoins spécifiques d’un enfant de cette tranche d’âge.

PARTAGER :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *