Portage II: Les bébés sont faits pour être portés

Pourquoi les bébés doivent être portés du point de vue des antropologues


Le cerveau humain nous distingue des autres mammifères, puisqu’à la naissance, il est neurologiquement immature. Sa taille correspond à 25% de celui d’un adulte. Quand le bébé a un an, son cerveau a déjà doublé de taille, et à 3ans, il a 90% de la taille d’un cerveau adulte. Cette croissance importante a besoin de beaucoup d’apports en matières grasses et en acides gras qui ne se trouvent que dans le lait maternel.
Selon les anthropologues, la croissance du cerveau trouve son origine notamment dans l’acquisition de la bipédie. C’est le bassin qui a dû s’adapter pour assurer la marche verticale des hommes.Ce faisant, il est devenu plus étroit. La bipédie a rendu possible l’activité des bras, des mains en simultané avec les pieds et cela a augmenté la taille du cerveau.
On peut donc dire, que par rapport aux autres mammifères, les bébés humains naissent très prématurément. Pour avoir le même niveau de « finition » qu’un bébé chimpanzé, le bébé humain devrait avoir une gestation de 18 mois. Mais à 18mois, un bébé ne pourrait plus passer par le bassin maternel à cause de son cerveau qui serait alors trop grand déjà…
Nos petits bébés arrivent donc avec une grande prématurité et on peut dire qu’il continuent la croissance « extra-uterine » dans les bras… d’où la nécessité naturelle du portage!

Pourquoi les bébés doivent être portés du point de vue des neurologues

Pendant la grossesse, c’est surtout le cerveau « inférieur » qui se développe, le cerveau dit aussi « archaïque » ou « reptilien ». C’est le même que celui d’autres espèces animales. Ce cerveau inférieur est responsable de nos réflexes de survie (motricité réflexe, maintien de la posture du bébé). 
Ce n’est que vers la fin de la grossesse et pendant les premières semaines de vie du bébé que le cerveau « supérieur » commence à prendre le dessus. Cela entraine donc un changement des réflexes: la motricité réflexe devient une motricité volontaire. Le bébé pourra donc modérer ses réactions posturales en hyperextension et la motricité fine fait son apparition (elle nous permet la manipulation de petits objets ou l’écriture).
C’est l’immaturité du bébé, notamment l’immaturité motrice, qui est source de grandes dépendances. Le bébé vit dans les extrêmes: entre les crispations musculaires (pleurs et angoisses) et les états de détente (béatitude, plaisir). Ces vécus physiques sont en partie liés à l’hérédité du bébé mais surtout à la qualité de réponse de son entourage (parents, famille).
Le développent du cerveau « supérieur » va équilibrer le tonus des muscles et les sensations de tensions et de détentes extrêmes vont petit à petit disparaitre.
En attendant, nos bébés ont donc besoin, que nous, les parents, les aidoins à gérer le monde externe pour eux et leur aident à vivre leurs sensations sans trop d’effrois.
Et le portage participe à la maturation du cerveau « supérieur » et procure au bébé un équilibre émotionnel.

Pourquoi les bébés doivent être portés du point de vue du corps de la mère

C’est Nils Bergman, un médecin spécialisé dans les soins aux prématurés qui a définit le concept de « corps de la mère-habitat naturel » du bébé.
Comme nous avons dit plus haut, la gestation des bébés humain se trouve raccourcie en comparaison des autres mammifères. Nous pouvons alors parler de la gestation « extra-utérine » pendant laquelle le bébé a besoin de contacts rapprochés et répétés qui lui permettent la maturation du cerveau et celle de son système de défense.
Le portage et la proximité jour et nuit répondent à cette attente naturelle du bébé.

Le corps de la maman est fait dans le moindre détail pour répondre à tous les besoins du nourrisson qui a son contact agit en toute autonomie:
  • il peut se servir seul au sein de sa mère et entretenir ainsi une lactation qui est parfaitement adaptée à ses besoins
  • la chaleur du corps de la mère assure une continuité thermique. La poitrine d’une femme allaitante peut prendre 2°C si le bébé a froid et perdre 1° s’il faut, et cela en quelques instants! Jusqu’à présent, il n’y a aucune couveuse capable d’en faire autant!
  • le portage et le peau à peau permettent une adaptation de l’oxygénation. Les bébés portés et chauffés ont une meilleure oxygénation et un taux de sucre dans le sang plus stable
  • son système immunitaire est renforcé (le lait maternel est avant tout un aliment protecteur et défensif pour l’enfant)
  • la stimulation du cerveau est assurée par toutes les interactions, les stimuation des sens (vue, odorat, ouïe, toucher) et les mouvements du corps
  • par la naissance et ensuite par le toucher le bébé récupère la bonne flore bactérienne et la flore cutanée de sa mère qui le protègera le temps qu’il fabrique ses propres défenses

      Pourquoi les bébés doivent être portés du point de vue naturel

      Il existe plusieurs sortes de bébés parmi les espèces animales:

      • les nidifuges (chevaux, vaches, chèvres…) qui naissent matures et qui se nourissent seuls mais restent près de leur mère;

      • les nidicoles (oiseaux, lapins, félins…) qui naissent très immatures et qui sont protégés par un nid. Ils mangent une nourriture très énergétique qui leur permet d’attendre entre les repas. Quand les parents ne sont pas là, ils ne crient pas. 

      • les primates (singes, gorilles) et les marsupiaux (kangourous, koala) naissent immatures et leur fonctionneement est tout différent. Ils ont besoin de leur parent pour pouvoir grandir, le lait maternel ne suffit que pour des courtes périodes et les petits pleurent quand ils sont seuls. Les marsupiaux sont des « portés passifs »: ils sont portés en poches et allaités en continu. Les primates s’accrochent seul à leur mère et font des signes quand ils ont faim.

      Les petits humains naissent encore plus prématurés que les autres primates, ils demandent à téter, ils ont gardé certains réflexes d’agrippement. Ils ont besoin d’être soutenus par les bras de leur mère.
      On peut donc dire que le bébé humain est un « porté passif »… qui participe activement!

      Quand on positionne un bébé sur le côté, sur les hanches d’un adulte, il se trouve dans une posture idéale pour pouvoir s’accrocher activement. Le soutien de la base de l’enfant sur les hanches lui permet  d’arrondir son dos et positionne idéalement ses hanches. Le haut de notre corps est ainsi un endroit idéal pour permettre à l’enfant de s’agripper un peu comme on s’agrippe à un tronc d’arbre.
      Avec les primates, nous partageons la même caractéristique, celle de marcher verticalement en ayant la poitrine à la même hauteur que les bras:  position parfaite pour être nourris dans des bras accueillants…

      Cet article fait suite à ma lecture du livre « Porter mon bébé ».

      PARTAGER :

      1 Commentaire

      Ajoutez les vôtres
      1. 1
        BANCILLON

        Bonjour Madame,
        Bonjour, mon commentaire n’a rien à voir avec le portage mais je ne sais comment vous contacter à propos de l’atrium.
        J’ai consulté votre blog sur la catéchèse du bon berger et j’aimerai savoir si vous acceptiez de partager votre travail, notamment les dessins qui accompagnent les divers matériels. J’imagine que c’est vous qui les avez créés pour la circonstance et je les trouve très beaux car sobres et allant à l’essentiel. Je voudrais mettre en place quelques ateliers pour mes enfants, en commençant par la parabole du bon berger et les évangiles de l’enfance.
        En tous les cas, merci pour votre beau partage !
        Cordialement.
        Myriam BANCILLON

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *