L’Education cosmique

L' »Education cosmique » est un concept que Maria Montessori a développé au cours de son long cheminement de pédagogue et d’observatrice privilégiée du monde des enfants.

Après avoir développé ses maisons d’enfants en Europe pour les 3 à 6 ans, Maria Montessori a voulu étendre ses recherches aux plus grands enfants. Déjà très tôt dans les écrits de Maria Montessori, on peut trouver des indications sur son approche autant scientifique que globale du monde dont elle souhaite offrir une vaste vue panoramique aux enfants. C’est en 1935, à Londres, qu’elle parle pour la première fois de « la position de l’homme dans la création » lors d’un discours. Elle a par la suite peaufiné sa vision du monde jusqu’aux premiers développements de son « éducation cosmique » à la fin des années 30.  En 1939 elle part en Inde avec son fils Mario pour un voyage de conférences et de formations censé durer quelques mois tout au plus. Elle ne savait pas alors qu’elle y resterait pour 10 ans.

C’est lors de son séjour en Inde, qu’elle a pu se consacrer au développement de l’éducation cosmique (pour les 6-12ans) tout en poursuivant ses recherches pédagogiques auprès des plus jeunes enfants (0-3ans). De son séjour en Inde, il nous est parvenu ses livres « Eduquer le potentiel humain » pour l’éducation cosmique et « L’esprit absorbant » pour le développement physico-psychique des 0-3ans. Ce dernier fait partie des ouvrages les plus importants de Maria Montessori. Il montre à quel point cette femme était une scientifique hors paire, en avance sur son temps, dont le sens de l’observation a permis des avancées pédagogiques dont la science actuelle reconnaît toute la pertinence et l’utilité. 



Qu’est-ce l’éducation cosmique?

Maria Montessori a développé un concept global d’éducation qui questionne la position de l’homme dans le cosmos et dans la société, mobilise sa prise de conscience en faveur de la compréhension des interdépendances relationnelles, naturelles et culturelles ainsi que la responsabilité que chacun peut avoir afin de poursuivre l’aventure de la Vie.

Pour Maria Montessori, il est important que les enfants prennent conscience très tôt de leur position dans l’évolution au service de la terre, de la vie et de l’histoire humaine de sorte qu’ils puissent plus tard, en tant qu’adulte, assurer ce co-développement d’une façon qui soit à la fois créative et responsable.

Un profond respect envers la Nature dans toutes ses dimensions ressort de son approche cosmique. Elle positionne son regard au plus loin depuis cet univers d’où elle apprend d’abord à observer notre petite terre avec toutes ses relations d’interdépendances, l’homme et son histoire, le vivant et le non vivant qui forment une unité indivisible qu’elle voit comme un grand organisme « intelligent, cohérent, organisé et vivant ».
Finalement, ce regard multidimensionnel lui a permis de développer les bases de ce qu’elle a appelé: « le plan cosmique ». Ce plan nous montre que nombreux sont les agents qui, dans leurs interdépendances et leur oeuvre commune, sont acteurs de l’expansion cosmique. L’homme en est bien un…parmi tant d’autres…

Education Cosmique
Kahn, David, What is Montessori Elementary, NAMTA 1995.

Le plan cosmique:
Quand on regarde l’univers, la terre et l’évolution de la vie, on arrive à cette perception que tout ce qui existe (matériel, organique ou inorganique, vivant ou non-vivant, psychique et/ou physique) se développe selon une propension globale. Pour Maria Montessori, toutes les belles avancés dans l’évolution de la vie ne sont pas simplement le résultat d’un simple instinct de survie. L’oeuvre qui se déploie par le travail cohérent de toutes les forces de la Vie dessine ce qu’elle a appelé la mission cosmique.
La mission cosmique:
Pour que le plan cosmique puisse fonctionner de façon cohérente, des « agents de la création » sont en charge de certaines missions qui dans leur complémentarité assurent le développement homogène de l’ensemble. Ainsi, chacun, selon sa mission, contribue à faire fonctionner cet ouvrage cosmique, servir la Vie et  assurer un devenir viable aux générations à venir. Si l’univers est un ensemble complexe, il n’en demeure pas moins ordonné par la fonction et l’utilité de chaque espèce au service de l’ensemble. Maria Montessori souligne le fait que toute chose est co-créatrice puisque chaque individu a sa mission cosmique à remplir.

Quelques particularités en lien avec le plan cosmique:
– les agents travaillent sans arrêt à leur mission cosmique,
– les agents suivent les lois naturelles propres à leur existence,
– les agents s’adaptent aux environnements spécifiques qui leur procurent les conditions favorables, 
– alors que certains agents semblent agir en suivant un pur instinct, ils remplissent cependant une mission cosmique pour l’harmonie de l’ensemble.

Maria Montessori n’a pas cherché à hiérarchiser tous ces agents qui oeuvrent au service de la nature. L’homme a créé des valeurs mais l’observation fine de la nature montre que le cosmos vit de ces interdépendances ce qui rend chaque espèce utile et nécessaire au développement de l’ensemble. Ainsi, chaque mission a son importance quand on la réfère au fonctionnement et à l’harmonie du cosmos dans son ensemble.

L’homme et le plan cosmique
Avec l’arrivée de l’homme, l’ère de la vie psychique fait son entrée sur terre (ère psychoizoique). Pour Maria Montessori, l’homme tient une place spécifique -non prédominante- au sein du cosmos dont il peut assurer un service qui relève de la conscience. 
Maria Montessori pensait ainsi qu’à chaque nouvelle génération, le conscience humaine fait des progrès malgré les égarements que chaque génération continue de perpétuer. Ainsi, chaque enfant, chaque homme nouveau-né reste un espoir pour l’humanité. L’enfant est le transmetteur comme aussi le développeur d’un milieu culturel. C’est pour cela que l’éducation cosmique des enfants est si importante! Si les enfants réalisent progressivement quelle place ils peuvent prendre dans le monde, ils seront des adultes naturellement responsables envers la vie et leur environnement.
Ainsi, il est nécessaire que les enfants situent l’importance de chaque agent créateur mais aussi les dépendances et les interrelations entre tous les êtres. Ce n’est qu’en se rendant compte de l’extraordinaire diversité de  notre cosmos que l’enfant peut devenir un autre agent actif et conscient de sa mission. Maria Montessori voyait l’éducation cosmique comme le potentiel humain approprié pour développer des cultures ouvertes au dialogue et à la paix.

En synthèse ouverte:
L’éducation cosmique a été développée pour les enfants de 6-12 ans dont l’intelligence est alors mûre pour saisir le grand panorama du monde afin que progressivement ils puissent découvrir la place qu’ils souhaitent y occuper pour contribuer à son expansion. 
L’éducation cosmique répond aux tendances qu’ont les enfants de 6-12 ans d’utiliser leurs capacités d’imagination pour comprendre le réel, explorer le monde dans toutes ses dimensions, afin de contribuer petit à petit à participer à cette grande symphonie de la Vie.
Pour Maria Montessori les enfants de 6-12 portent un grand intérêt aux phénomènes collectifs et à la société humaine. Il est ainsi important de présenter aux enfants toutes les grandes œuvres que les hommes ont accomplies pour que l’enfant ait envie de devenir un membre actif de la société. Ainsi, très concrètement et sans moralisation, l’enfant développe ce qu’on pourrait appeler le sentiment d’humanité et le sentiment cosmique. 

Ressources:
Sur le site Montessori Formations vous trouverez une explication détaillée de ce qu’est le plan cosmique.
« Eduquer le potentiel humain »de Maria Montessori
« Maria und Mario Montessoris Kosmische Erziehung – Vision und Konkretion » von Ela Eckert
« Kosmische Erziehung » Hg: Paul Oswald und Günter Schulz-Benesch
« Kosmische Erzählungen in der Montessori-Pädagogik » Hg. Ela Eckert und Ingebord Waldschmitdt
PARTAGER :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *