Montessori, Education Cosmique et Talent Reveal : ateliers et formations

Introduction aux activités du langage

Le but principal du langage est de nous permettre de communiquer en partageant notre pensée avec les autres. Cependant, l’être humain a depuis longtemps cherché à rendre sa pensée permanente soit afin de pouvoir l’utiliser à des moments différents, soit pour la partager au-delà des contraintes liées à l’espace et au temps. Chacun sait que les sons émis par la voix peuvent un peu perdurer grâce à l’écho; mais pour atteindre à une certaine permanence, le son doit emprunter d’autres chemins.
Toutes les cultures ont été confrontées à ce problème. Bon nombre d’entre elles ont commencé par adopter des systèmes tels que la tradition orale afin de pouvoir partager une mémoire collective transmissible de générations en générations. La plupart ont par ailleurs développé des systèmes logiques permettant de représenter des sons grâce à des symboles. Ainsi, le langage a pu acquérir une certaine forme de permanence. Ce furent les premiers pas du langage écrit.
Si l’acquisition du langage est une propriété naturelle de la croissance humaine (son acquisition se fait par une simple absorption des sons entendus  par l’enfant dans son environnement quotidien), il n’en est pas de  même pour la l’écriture et la lecture. Là on pourra parler d’acquisition culturelle plus que naturelle. L’histoire le montre bien. Si toutes les cultures humaines connaissent le langage, certaines ne connaissent pas ou peu l’écriture et la lecture. Celles-ci sont donc bien des adaptations culturelles du langage oral.
Partant de ces constats, les activités développées par la pédagogie Montessori s’appuient sur le fait que le langage se développe spontanément mais que l’écrit et la lecture nécessitent le développement de compétences spécifiques.
L’enfant baigne dans un univers de sons dès son origine. Ces milliers de sonorités sont comme enregistrées dans sa mémoire mais d’une façon confuse. Elles attendent d’être identifiées et comprises par son intelligence.
Les premières activités du langage consistent en de simples cartes de classifications (ou de nomenclature) afin que l’enfant apprenne justement à nommer, associer et distinguer toutes ces impressions captées au fil des jours. Cette première préparation est fondamentale. En effet, en pratiquant régulièrement ces activités, le monde n’apparaîtra pas à l’enfant sous la forme d’un immense chaos inintelligible. Son environnement lui apparaîtra sous la forme d’une structure organisée avant même qu’il puisse concevoir l’idée même de l’ordre. Par ailleurs, l’enfant utilise d’abord le langage pour mettre en relation ses besoins avec les personnes qui peuvent y répondre. Les images dites de classification lui permettront de dépasser ce stade fonctionnelle pour comprendre que les choses ont aussi leur existence en elles-même et  qu’elles n’existent pas seulement pour répondre à ses besoins immédiats. Cela développe ainsi sa conscience du monde tout en fondant son désir futur d’écrire et de lire. Car, on n’écrit rarement pour solliciter de quoi se nourrir. On écrit pour approfondir tout ce que notre conscience a pu capter par le biais de nos expériences et le partager avec la communauté humaine pour en augmenter le bien commun.
Les autres activités préparatoires du langage vont s’attacher à augmenter l’utilisation quotidienne du vocabulaire en apprenant à l’enfant à entendre tous les sons qui composent les mots. (activité “je devine“). L’enfant pourra alors faire le lien entre le mot parlé et le mot écrit. Les sons identifiés sont présentés individuellement sous la forme d’un support tactile (lettres rugueuses en papier de verre).
Suite à ces activités préparatoires, l’apprentissage de l’écriture et de la lecture se fera simultanément. La raison en est simple. L’enfant aura une vraie joie à écrire les mots de son répertoire oral; il pourra parallèlement reconnaître, dans la lecture, les mots qu’il sait écrire; et, les mots qu’il lira fréquemment feront partie de son répertoire.
L’activité majeure qui accompagne le développement de l’écriture est l’utilisation de l’alphabet mobile. La manipulation de cet alphabet montrera à l’enfant que les pensées peuvent être écrites et pas seulement exprimées. L’enfant pourra ainsi développer la capacité d’exprimer ses pensées à l’écrit avant de maîtriser toutes les compétences nécessaires  pour écrire avec un stylo sur une feuille de papier.
Ces compétences seront développées petit à petit en parallèle notamment par l’utilisation de formes à dessin métalliques qui faciliteront le passage de l’écriture avec l’alphabet mobile à l’écriture classique.
L’activité majeure qui introduit l’apprentissage de la lecture est la présentation de la boîte à objets. L’idée de cette activité est de montrer à l’enfant que le but de la lecture est de découvrir la pensée d’une autre personne. Ainsi, on place quelques objets sur une table. On demande à l’enfant de deviner celui auquel on pense. On lui donne ensuite un indice sous la forme d’une petite carte sur laquelle le mot en question est écrit. L’enfant est alors invité à sortir de la boîte l’objet correspondant.
Toute la force de cette pédagogie est de permettre à l’enfant de comprendre réellement l’intérêt de l’écriture et de la lecture (découvrir le monde, le comprendre, partager des idées et des expériences avec d’autres personnes) par une méthode qui éveille son intérêt tout en isolant par des activités spécifiques l’ensemble des compétences requises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *