Montessori, Education Cosmique et Talent Reveal : ateliers et formations

Les cartes de nomenclature

 Edit: vous trouverez ICI des cartes de nomenclature à télécharger.

Parfois il est difficile de se lancer dans la fabrication… Entre les scans, la mise en forme, les impressions, les ratés, la plastification, le découpage, le pliage des enveloppes etc… J’avais parfois  l’impression que le courage s’était envolé avant d’avoir commencé… Mais une fois lancé, j’ai fait plusieurs jeux de cartes de nomenclature.

J’ai pris essentiellement des univers que Grégoire apprécie particulièrement: ferme, chantier, transports, mais aussi des objets de notre quotidien: à table, outils, jardin… Et la liste est loin d’être complète! Je travaille régulièrement pour élargir le jeu…

Avec son langage qui se développe de plus en plus, l’apprentissage de nouveaux mots, encore inconnus, peut se faire avec les cartes de nomenclature.

Qu’est-ce que sont les cartes de nomenclature?

Libellule nous a fait une fois de plus fait un article très synthétique sur les cartes de nomenclature qui contient tout le nécessaire pour bien comprendre de quoi il s’agit.

Quelle utilisation pour les cartes de nomenclature?
Pour le jeune enfant

Les cartes de nomenclature sont un bon outil pour développer le vocabulaire du jeune enfant. Les cartes de nomenclatures peuvent être utilisées dès que l’enfant commence à parler à partir de 2ans environ. On commence par le vocabulaire d’objets que l’enfant côtoie régulièrement, puis on prend le large… en fonction des intérêts de l’enfant.


Pour l’enfant il est important qu’il puisse voir en réalité l’objet en question.  L’enfant y trouvera un plus grand intérêt et il pourra mieux “former” son pouvoir d’abstraction…

Quand on présente une série de cartes à l’enfant, on discute avec lui du sujet sur la carte, on essaie d’employer un vocabulaire précis et riche et on fait aussi parler l’enfant!

Le jeune enfant utilise les deux jeux d’images comme pour un loto Ainsi, on pose les cartes renseignées sur la table et l’enfant doit les assortir avec les images non renseignées. Même si cela peut paraître simple, le fait que l’enfant doive aligner un jeu de cartes devant lui et ensuite mettre en paire n’est pas si évident … Donc au début, surtout si l’enfant est jeune, 6 cartes suffissent largement…

Pour le vocabulaire que l’enfant ne maîtrise pas encore, une leçon en trois temps est nécessaire. Dans ce cas, il vaut mieux utiliser les cartes non renseignées pour éviter que l’enfant soit distrait…

Avec les cartes de nomenclature, on a plusieurs possibilités. On peut également leur associer des figurines, des objets, ou encore les trier…La mise en paire n’est qu’une possibilité parmi d’autres. 
Mais comme ces cartes de nomenclature sont des cartes de vocabulaire en premier lieu, il faut toujours parler à l’enfant et lui expliquer les cartes. C’est le premier “matériel” pour le langage… et le langage c’est d’abord parler…


Pour l’enfant plus âgé
Quand l’enfant commence à lire, il va associer les cartes non renseignées avec les billets. Le contrôle se fait ensuite par les cartes renseignées qu’on pose à coté.

Coté pratique pour la fabrication:

Je scanne les images depuis “l’imagier du Père Castor” qui a répertorié le plupart des situations quotidiennes. Selon les intérêts de l’enfant je fais aussi des jeux de cartes avec des photos, des images de google (depuis google images) ou  encore en scannant d’autres livres…
Mes cartes font 9 x 9cm avec la partie renseignée et 9 x 7 sans la partie renseignée, les petites billets renseignées font 9 x 2 cm, mais tant que l’enfant ne lit pas, il n’y a pas besoin des petits billets.
J’imprime sur du papier blanc 190gr et je plastifie à chaud à 120microns, même si en réalité ce n’est que du 80… mais j’ai remarqué que comme cela plastifie plus lentement à 120microns, le rendu est meilleur: le plastique colle mieux!

Pour la découpe, j’utilise un massicot que j’avais depuis longtemps (si je n’en avais pas eu, je l’aurais acheté! Une fois habitué, c’est du pur bonheur. Je crois que cela vaut vraiment le coup, ça coupe vite, bien droit, et cela empêche des ampoules aux doigts…
Après la découpe, quand je vois que le plastique ne colle pas bien ou s’est décollé lors du coupage, particulièrement dans les angles, je repasse les cartes individuellement dans la plastifieuse. Je fais d’ailleurs la même chose quand je vois qu’au fur et à mesure de l’usage, le plastique se décolle des cartes… Cela évite de refaire tout le temps des cartes.
Concernant les pochettes, Libellule a mis un patron en ligne qui me convient parfaitement.

Je n’ai pas mis mes modèles en ligne, puisque tout est en allemand… si cela vous intéresse tout de même, faites moi signe, je peux bien-sûr vous envoyer le document pdf ou word.

29 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *